Autour du Monde, Japon, Lifestyle

Les religions au Japon ?

Coucou ! Alors cet article va être assez spécial puisque j’ai décidé de parler de… RELIGION ! Eh oui eh oui ! En général, je ne parle jamais de religion. Pas parce que ça ne m’intéresse pas (au contraire) mais je trouve que c’est un sujet qui fâche… Les gens – ou plutôt la société – en fait tout un tas avec les différentes religions et leurs pratiques ! Personnellement, je pense qu’on devrait arrêter de se prendre la tête avec ça. Je ne dis pas qu’il faut arrêter d’en parler (pas du tout !), au contraire, c’est bien de s’échanger les idées et de partager nos avis mais IL FAUT RESPECTER CE QUE LES AUTRES CROIENT ! Ça sert à rien de dire « J’ai raison ! J’ai raison ! ». Chacun CROIT CE QU’IL VEUT. « Liberté d’expression » oui, « Liberté de croyance » aussi ! De toute façon on va tous finir par mourir au final donc « qui mourra, verra » hein ! Bref… voilà, j’ai dis ce que j’avais à dire. Mais je ne parle pas beaucoup de religion non plus car mes parents ne sont pas « croyants » donc on n’a jamais vraiment parlé « religion » avec mes parents & ma famille (excepté ma grand-mère qui était une pure témoin de Jéhovah. D’ailleurs, j’adorais l’écouter. Elle pouvait en parler pendant des heures haha !). Mais durant ce séjour au Japon, je trouvais bizarre qu’il y ait deux différentes façon de prier dans les temples. Une fois il faut juste jeter une pièce et rassembler nos mains, l’autre il faut se laver les mains avant et se baisser… Bref j’étais un peu perdu quoi. Du coup, j’ai fait des recherches !! 😉

Au Japon 2 religions cohabitent et se mélangent : le SHINTOÏSME et le BOUDDHISME. Oui je sais, c’est pas facile à comprendre (surtout pour les occidentaux, habitués aux grandes religions monothéistes et exclusives) et c’est bien pour ça que j’ai décidé de partager ça ici. Je vais essayer d’expliquer ça le plus simple et le moins chiant possible…

  • Le SHINTO (la Voie des dieux) c’est LA religion d’origine du Japon : à chaque élément de la nature correspond une divinité (ou plutôt un kamiesprit ). Il y a donc des DIVINITÉS NATIONALES pour les éléments les plus importants mais surtout une multitude de DIVINITÉS LOCALES, pour tous les lieux particuliers. On trouvera par exemples des divinités pour les animaux, les forêts, les montagnes, les rizières, les eaux, les sols, etc… (ceux qui ont vu le film « La Princesse Mononoké » de MIYAZAKI HAYAO savent de quoi je parle !). C’est à la fin du XVIIIème siècle, que les japonais y ont trouvé une légitimation divine du pouvoir impérial : d’après des mythes anciens, le premier empereur de l’histoire du Japon, serait le petit-fils de la déesse du Soleil 天照大神 – Amaterasu.
  • Le BOUDDHISME, originaire d’Inde, a été importé au Japon par l’intermédiaire de la Chine au VIème siècle. Les Japonais ont changé le nom de Bouddha avec celui de 阿弥陀仏 – Amida Butsu. Mais le bouddhisme (à la différence du shinto) est un peu plus « fatal » : « La misère, l’injustice sont certes regrettables mais sont le fruit de l’action humaine. On a donc ce que l’on mérite. Ceux qui souffrent paient leurs actes passés ou ceux d’une vie antérieure » (c’est ce qu’on appelle le KARMA et ça, personnellement, j’y croît à 100%). Puis, dans le bouddhisme, les âmes des défunts voyagent et reviennent sur Terre lors de la fête O-Bon à la mi-août (j’ai écris un article sur ça il y a quelques jours !). Et s’il s’est agi d’une mort violente ou contrariée, l’âme est condamnée à errer sans fin en quête d’une solution ou d’une vengeance. D’où la croyance des fantômes parmi les japonais. Du coup au Japon, c’est le bouddhisme uniquement qui prend en charge les cérémonie funéraires et tout ce qui touche à la mort, que l’on soit croyant ou pas.

Pour faire bref : Le SHINTOÏSME est un système polythéiste qui compte des dizaines de milliers de divinités (kami). Et le BOUDDHISME est une religion basée sur l’enseignement du Bouddha et l’espoir d’atteindre « l’Éveil » en rompant le cycle des réincarnations. Mais les deux religions ne sont pas contradictoires : les japonais considérent les kami comme des manifestations locales de bouddhas. Le bouddhisme s’est tellement bien accomodé au shinto que parfois, un sanctuaire shinto et un temple bouddhiste sont dans une même enceinte !

Mais ATTENTION : il faut quand même faire la distinction entre les temples bouddhiques et les sanctuaires où à lieu les cérémonies shintoïstes :

  • Dans un sanctuaire shinto (toujours suivi du mot 神社 jinja ou 宮 miya) : L’entrée est caractérisée par un 鳥居 torii (une haute porte, souvent de bois et recouverte d’une couleur rouge vermillon) qui marque la séparation entre le monde des humains et celui des dieux. Les visiteurs doivent s’incliner en le franchissant. Un 手水や temizuya (une fontaine mise à disposition pour se purifier. D’abord la main droite, puis la gauche et enfin la bouche – à bien recracher – et à rincer la louche. Aussi, dans la majorité des sanctuaires, le caractère sacré des lieux se manifeste aussi par un 注連縄 shimenawa (une grosse corde tressée qu’on place autour des arbres).
  • Dans un temple bouddhique (finis toujours pas un ji ou tera) : L’entrée est caractérisés par un monn (plus imposante que les torii) gardée de chaque côté par des statues 仁王 niō, destinées à chasser les mauvais esprits.

Et enfin, pour ce qui est de la PRIÈRE :

  • Dans un sanctuaire shinto : 1/ Mettre une pièce dans le tronc (une grosse caisse rouge à l’entrée du bâtiment principal). 2/ Faire sonner la cloche. 3/ S’incliner 2 fois puis taper 2 fois dans vos mains (pour signaler votre présence à la divinité locale). 4/ S’incliner une dernière fois.
  • Dans un temple bouddhiste : si ce n’est qu’on ne tape pas dans les mains. Très souvent, on trouve des bâtons d’encens dans le temple en guise d’offrande. N’hésitez pas à vous en asperger la tête et le corps, la fumée d’encens est censée avoir des vertus thérapeutiques et purificatrices 🙂

Bon voilà, j’espère que c’est un peu plus claire dans vos têtes et que c’était pas trop chiant à lire haha ! Bisous.

Leave a Reply